AcasaSiteCalendarFAQServereMembriParteneriConectareInregistrare

Distribuiþi | 
 

 Les media referat

In jos 
AutorMesaj
Dida
CsL # Administrator
CsL # Administrator
avatar

Numarul mesajelor : 1886
Varsta : 24
Localizare : pE cSloVE
Ce jok jucati : coUNTer-sTRiKe
Reputatie : 1
Puncte : 7
Data de inscriere : 14/04/2008

MesajSubiect: Les media referat   Vin Iun 06, 2008 11:38 am

« Mass media » est bien en effet une notion liée aux innovations de l’ère industrielle (cinéma, affiche, radio, télévision, presse). Le terme se réfère aux moyens de communication destinés aux masses, selon un schéma un-vers-tous. Ils permettent de toucher immédiatement des audiences nombreuses et physiquement dispersées. Le public concerné tend à être anonyme (de moins en moins déterminé par la catégorie sociale, l’âge, le sexe, l’ethnie, etc. puisque tout le monde a accès à la consommation médiatique). D’autre part les mass-media supposent consommation rapide et renouvellement perpétuel.

Or, cette idée de « masses » n’est pas une notion des plus claires. Certains entendent par là « beaucoup de gens » (ce qui n’est guère scientifique) ; d’autres des publics « massifiés », transformés en éléments indistincts, ce qui revient à présumer de leur influence et poser que la société moderne, contrairement à celles qui la précèdent serait « l’ère des masses ».

2. Les instruments des medias

La radio, dans les zones rurales, la télévision, dans les centres urbains, sont de très loin les principales sources d'information et de culture de la majorité des hommes et des femmes à la surface du globe : les plus accessibles, même aux analphabètes, les plus proches, les plus baignées dans la vie quotidienne des citoyens et dans l'identité de chaque pays. Mais, l’expérience a montré que les médias « classiques » la télévision, la radio pouvaient viser des publics très spécialisés et que leurs contenus se diversifier à mesure qu’ils se multiplient.

Dans les années 70/80 , on commence à parler des « self média » : radios communautaires ou locales, puis explosion des chaînes de télévision spécialisées. Il semble évident que les vecteurs vont se multiplier (à bon marché dans le cas des radios libres, moins dans celui des télévisions), permettant à chaque «sensibilité » ou à chaque communauté de parler et de s’informer de ce qui l’intéresse.

C’est une tendance lourde : le mouvement général de diversification des médias permet à chacun de retrouver un média qui réponde à une caractéristique de son identité. D’où la floraison des médias communautaires ou tribaux : chacun peut en quelque sorte se spécialiser suivant un critère communautaire : une religion, une origine ethnique, un style de vie, une passion sportive, une certaine esthétique.

Médias « généralistes » qui permettent de se retrouver autour de références communes et médias identitaires ou tribaux coexistent. Parallèlement, les différences culturelles résistent singulièrement à la force supposée d’unification ou de standardisation des mass media.


Malheureusement, dans leur grande majorité, les radio-télévisions sont aujourd'hui entre les mains d'états qui en ont fait des instruments de propagande dépourvus de crédibilité, incapables de fournir à l'auditeur-téléspectateur les éléments d'une appréciation objective de la réalité proche et lointaine du monde dans lequel il vit.

Au déficit reconnu des radio-télévisions d'état en cette matière, deux solutions sont le plus souvent mises en avant : les stations commerciales et l'internet.

Les radio-télévisions commerciales apportent une pluralité des sources qui oblige l'information officielle à moins négliger les faits. Elles sont une composante nécessaire du paysage audiovisuel. Mais leurs liens avec les puissances économiques, souvent aussi avec le pouvoir politique, leurs dépendance de plus en plus répandue vis-à-vis de grands groupes multinationaux, ne garantissent ni leur autonomie, ni leur souci de répondre aux besoins et aux attentes de la société où elles opèrent. La représentation des minorités, déterminante à maints égards, ne saurait être leur préoccupation principale, pas plus que l'universalité d'accès à toutes les couches de la population, même les plus pauvres ou les plus reculées…

Chacun peut se composer sa petite bulle informationnelle à sa guise : ce qui était déjà vrai avec la diversification de l’offre de radio ou de télévision, devient encore plus évident avec les technologies numériques.

Beaucoup sont tentés de voir en Internet le contraire des mass media : chaque utilisateur peut théoriquement devenir émetteur à son tour, les contenus semblent infiniment diversifiés, le récepteur peut très bien ne plus se contenter de recevoir des messages fabriqués « à la chaîne » pour un public moyen présumé. Ainsi, un CD Rom ou un DVD, où l’utilisateur peut naviguer à sa guise, ou interagir avec un logiciel est un « mass media », fabriqué à des millions d’exemplaires. Par contre personne ne l’utilisera exactement de la même façon que son voisin ni ne recevra exactement le même message.

Une très large proportion des consommateurs d’information numérique deviennent producteurs (par exemple sous forme de blogs ou en publiant des photos ou des vidéos en ligne), coproducteurs ou encore « monteurs » de leur propre programme. N’importe qui peut s’organiser une page de favoris pour suivre en permanence tous les sites (y compris les agences de presse) se rattachant à son sujet favori.

Il dispose ainsi d’une capacité de documentation gratuite très supérieure à celle d’un journaliste professionnel d’il y a vingt ans, quand il fallait s’abonner à des agences et réunir de la documentation papier. Les flux surabondants d’informations mettent chaque citoyen en mesure de rivaliser avec une vraie rédaction. Or tout cela serait impossible sans la profusion des médias numériques, ce que résume très bien le slogan : « Cessez de haïr les médias, devenez les médias ». Ou dans un autre registre « Tous journalistes ».

Cela devient de plus en plus facile quand n’importe qui peut publier des photos ou vidés numériques, tenir son blog, participer à des forums, monter des mouvements cybermilitants, des observatoires, des collectifs, etc. en quelques clics.

De telles possibilités inhérentes à la technique renforcent une tendance lourde de nos sociétés postmodernes. Le passage des systèmes d’autorité aux systèmes d’influence.
Sus In jos
Vezi profilul utilizatorului
CsL # Alex
CsL # Fost Administrator
CsL # Fost Administrator
avatar

Numarul mesajelor : 8080
Varsta : 24
Localizare : Otopeni
Joburi/Distractii : Plimbari si PC
Ce jok jucati : CS si FIFA
Reputatie : 0
Puncte : 0
Data de inscriere : 20/04/2008

MesajSubiect: Re: Les media referat   Joi Iul 24, 2008 9:25 pm

sooper referat
Sus In jos
Vezi profilul utilizatorului http://www.cslove.forumgratuit.ro
 
Les media referat
Sus 
Pagina 1 din 1

Permisiunile acestui forum:Nu puteti raspunde la subiectele acestui forum
CsLove.Tk :: Free Zone :: Referate Pt Scoala :: Franceza-
Mergi direct la: